Mon cher Kacvey,

Continuons …

Quand le roi Sisowath visitait la France en 1906, les trois personnalités khmères importantes de l’époque qui l’accompagnaient furent les ministres Col de Monteiro, Thiounn et Sondiep. Mais le souverain avait aussi emmené avec lui la troupe du ballet royal dont les présentations des danses khmères à Marseille et Paris, devant le public français et international, connaissaient non seulement un succès éclatant mais elles montraient à l’Occident que de l’antique et de brillante civilisation des Khmers, le Cambodge a gardé les traditions d’un art tout de grâce et de belles attitudes.

Alors, qui seraient les éminents (minjustice, par exemple?) ou les “Docteur Hahn” qui accompagneraient l’homme fort (autocrate, cleptocrate) du Cambodge à l’Elysée? Qui, de la cour cppienne, aura la rare opportunité d’être reçu dans le salon de l’Elysée ou de Matignon (à l’exception peut-être du résident plénipotentiare de la rue Adolphe Yvon lors de la présentation des voeux de Nouvel An au corps diplomatique)  et qui aura la vanité de diffuser ses selfies dans les réseaux sociaux en France ou au Cambodge?

Peu importe la composition nominative de la cour cppienne accompagnant l’homme fort, il serait certain qu’il y aurait un certain nombre des Khméro-Français qui sont parlementaires, conseillers ou écornifleurs. Il serait aussi plausible que les bios de ces invités à l’Elysée ou Matignon seraient connues d’avance du service de protocole de ces 2 Palais.

Alors Kacvey, se demanderait-t-on, comment ces messieurs “Français” à double face/nationalité (ou KCPB) se comporteraient devant leur président ou leur premier ministre? Oseraient-ils le faire avec fierté et honneur khmers comme faisaient les ministres du roi Sisowath? Il n’est pas facile pour les hypocrites farceurs de jouer les rôles des grands messieurs en présence de VRAIS GRANDS MESSIEURS!!

Entre temps, dans le match de prestige entre le chef de file de la minorité parlementaire et l’autocrate, il ne serait pas difficile d’imaginer que le premier irait encaisser un “pas agréable score” sur son propre terrain parisien!

Si le Canard Enchaîné pouvait faire des reportages sur ce sujet dans une de ses éditions de mercredi!

Ainsi se terminent les chroniques de “Chez les Gaulois”.